Nos réalisations

Spectacle:

2017/2018

Le propos: raconter 6 épisodes d’Ulysse, 6 soirs de suite dans 6 quartiers différents de Salé.

L’Odyssée de notre temps a été créé au Festival Karacena à Salé Il a regroupé 12 comédiens, 6 circassiens et 18 migrants.

Liste des interventions de la Brigade d’Intervention Poétique et politique:

9 Septembre 2017

Interventions 1

Une première intervention de la Brigade d’Intervention Poétique et Politique s’est déroulée lors de l’ouverture de saison du Prunier Sauvage (voir vidéo) Vingt-sept personnes se sont retrouvées sur le plateau (Danseurs, chanteurs et lecteurs) Lecture a été faite d’extraits de « Bilal sur la route des clandestins » de Fabrizio Gatti et interprétation chantée des « Lamentations de Didon » d’Henri Purcell

7 décembre 2017

Intervention 2

Dans le cadre d’une réunion rassemblant les 50 directeurs des services de la Ville de Grenoble autour du thème des migrants.
Quatre brigadiers (ères), (Patrick, Chloé, Anne-Lyse et Thomas), portant beaucoup d’habits superposés sur eux, tentent, sans succès, avec leurs sacs et valises sans forme de passer par-dessus une palissade dans la cour. À un moment T, ils s’arrêtent, regardent les directeurs les regarder et s’avancent vers eux pour s’arrêter à un mètre des vitres.
Pendant ce temps trois lecteurs (Aude, Xavier et Delphine) se sont glissés dans la salle et attaquent « Eux, c’est nous « de Daniel Pennac.
À la fin, pas de saluts, ils sortent rejoindre leurs comparses qui se sont éclipsés discrètement.
Le directeur du CCAS nous a couru après pour nous féliciter de cette action « prise de conscience »
D’après Eric Recourat, le directeur de la Maison à l’International, pour la première fois depuis dix ans, un débat a existé au cours de la réunion qui a suivi

14 décembre 2017

Interventions 3

Dans le cadre des journées de la solidarité et de la coopération internationale organisée par la Maison à l‘International de la ville de Grenoble.
Les six Brigadiers présents ce jour-là (Charlotte, François Sage, Aude, Delphine, Joseph et moi) ont accueilli chaque personne en leur disant : « Vous prendrez bien un petit poème ? »
Merveilleuse réaction de chaque personne qui, après un moment de surprise, a été ravi de la proposition.
Après une première réunion plénière pour poser le cadre de la ville de Grenoble dans les relations internationales, lecture d’une première série de textes, tous issus de « Bilal sur la route des clandestins » de Fabrizio Gatti.
Le récit-reportage d’un journaliste qui a traversé l’Afrique d’ouest en est pour faire la route qu’empruntent les migrants qui veulent se rendre en Italie.
Immédiatement suivi d’un débat – mouvant sur le thème : « L’Europe est-elle perméable ? »
De part et d’autre d’une frontière imaginaire, deux camps, celui du OUI et celui du NON.
À tour de rôle un membre de chaque camp exprime des opinions allant dans le sens de l’endroit où il se trouve.
Chaque participant a la possibilité, en entendant les divers arguments exprimés, de changer de camp.
Un arbitre est là pour veiller au bon déroulement du débat.
Après des ateliers animés en table ronde et le compte rendu de ces diverses tables rondes, à nouveau une série de textes lus par les Brigadiers
Beaucoup d’émotion dans la salle, notamment chez un homme qui a vécu une obligation de quitter le territoire français.

16 décembre 2017

Interventions 4

Dans le cadre d’une conférence « Non à l’esclavage d’aujourd’hui ! Non à l’esclavage de demain ! » en lien avec ce qui se passe aujourd’hui en Lybie.
L’assemblée était constituée d’une cinquantaine de personnes de couleurs à l’exception de Mariette.
J’ai lu « Le chant des sept tours » de Laurent Gaudé, long poème lyrique qui raconte l’horrible rituel inventé par les esclavagistes pour faire perdre leurs mémoires aux esclaves qui allaient embarquer sur les côtes africaines.
C’est un texte puissant qui ne mâche pas ses mots : « Nègre ! Bourricot ! Tu vas tâter de mon fouet ! » J’en passe et des bien pires…Dès les premiers mots, le public tout entier ne respire plus, se tend comme un arc, se demande où je veux en venir, reçoit chacun de ses mots comme autant de coups de fouet infligés à leur mémoire, à leurs ancêtres, à leurs familles…
Ma jambe gauche se met à trembler de façon incontrôlée…
Heureusement, Mariette est là, attentive, avec son cahier et son sourire suspendu.
Je puise dans ses regards la force de continuer.
Je ne peux qu’accélérer, pris dans ce maelstrom de mots, de sentiments et d’images… Comme une tempête qui s’échapperait de ma bouche
Le texte avance et se conclus par une condamnation sans appel de ces Blancs là et une merveilleuse réparation à toutes ces douleurs infligées.
Le public applaudit, comme on reprend de l’air après un long happené, vite, fort, pas longtemps puis, quelques personnes viennent me demander le titre du texte, le nom de l’auteur…
Je suis sûr que dans leurs mains, dans leurs bouches, il trouvera d’autres oreilles pour jouer son rôle de mémoire réparatrice… Et à la fois, c’était bien que ce soit un Blanc qui le lise, en réparation… Mais est-il possible de réparer ?

16 décembre 2017

Interventions 5

Dans le cadre d’un concert de soutien organisé par Festiv’arts à EVE pour les 60 réfugiés au Patio sur le campus de la Faculté de St Martin d’Hères.
L’ambiance était bon enfant, des groupes ou solistes se succédaient sur scène et étaient applaudis plus ou moins chaleureusement mais toujours remerciés et félicités de leur prestation.
On vient me chercher : « Trois minutes », je descends dans les coulisses, découvre la scène de côté et l’interprète qui finit sa chanson et annonce d’un ton goguenard : « Les Moissonneurs des Lilas ».
Je commence à lire le texte de Daniel Pennac « Eux, c’est nous ».
Le silence se fait dans la salle au fur et à mesure… Puis, juste les mots résonnent…
Certains me diront après n’avoir jamais entendu une telle qualité de silence dans cette salle, d’autres ont pleuré, d’autres encore se sont pris dans les bras…
Merci monsieur Pennac pour ces mots qui savent si bien et si simplement trouver le chemin des cœurs !

17 janvier 2018

Interventions 6

Dans le cadre du Festival des Fragilités, à Fort Barraux, lecture du poème de Laurent Gaudé « Le chant des sept tours » accompagné des Moissonneurs suivants: Céline (joueuse de Tempura), Joseph, Thomas, Aude, Génia, Jean-Luc, Mariette auxquels étaient venu se rajouter Pierrot (joueur de Saz) et Maëlle (danseuse) et François (brigadier) Puis lectures à plusieurs voix d’extraits de « Bilal sur la route des clandestins » accompagné au chant et au saz.
Un atelier impliquant les Barraulins et les Barraulines soucieux de participer à la soirée du 17 janvier portant sur l’exil s’est déroulé 15 janvier de 19 à 22h.

7 avril 2018

Intervention 7

Dans le cadre de Festiv’arts, occupation d’une cour classée, rue Chenoise qui a vu se dérouler des lectures et des chants intimes ainsi qu’un trio de danseur qui a tenté d’atteindre la lumière dans le couloir qui menait à la cour tout au long de l’intervention.

9 juin 2018

Interventions 8

Dans le cadre de la Fête des Tuiles, nous avons soutenu l’action de « Bouquins sans frontières » en lisant aux passants des extraits de parcours de vie des personnes qui tenaient le stand. Des migrants aux situations administratives incertaines qui s’engageaient dans cette association pour s’insérer dans la société française tout en aidant ceux qui n’avaient pas accès à la culture.

13 novembre 2018

Interventions 9

Dans le cadre de l’inauguration du festival Migrant Scène à l’Hôtel de ville, lecture du texte d’Erri de Luca « Le dernier voyage de Sinbad » accompagné à la viole de gambe.

14 novembre 2018

Interventions 10

Dans le cadre de l’inauguration du festival FITA (Festival International de Théâtre Action organisé par Ophélia Théâtre), lecture du texte de Pennac « Eux, c’est nous « accompagné
Par deux danseuses et une viole de gambe.

11 mars 2019

Intervention 11

Lors du colloque « Villes en transition », proposer d’incarner l’accueil en le vivant avec ses voisins immédiats en les prenant dans les bras.

26 mars 2019

Interventions 12

Dans la semaine contre la discrimination et le racisme, lecture de textes poétiques avant une intervention de SOS Méditerranée.

Par ailleurs, des ateliers de création allant d’un weekend à une semaine chaque ont été mis en place dans les camps de migrants suivants :

  • Pont de Claix avec l’association AREPI – 3 intervenantes.
  • Briançon avec l’Asso MAPEmonde (Mission d’accueil des personnes étrangères) à la MJC-centre social du Briançonnais – 4 intervenants.
  • Chambéry avec l’association Tous Migrants – 5 intervenants.

Une collaboration est envisagée avec la cinémathèque de Grenoble dont un des thèmes de la saison est l’Odyssée.

Un atelier de théâtre hebdomadaire s’est mis en place au Fournil auprès de migrants depuis  janvier 2019.

La Cimade nous a contacté pour voir quels types d’intervention nous pouvons imaginer ensemble pour sensibiliser un public plus large.

Venez nous rencontrer ! N’hésitez pas à nous solliciter pour des interventions publiques : associations, forums, lycées, colloques, conférences, collèges, concerts…!

La Brigade d’Intervention Poétique et Politique (Bip-bip) est à votre disposition.

Adresse mail : lesmoissoneursdeslilas@gmail.com